• BROCELIANDE

    .
    .
    .
    La forêt de Paimpont, héritière de l’antique Brocéliande
    Il y a bien longtemps, à une époque où l'Armorique avait été baptisée
    Petite Bretagne par les habitants de la Grande Bretagne voisine, qui
    y avaient trouvé refuge après avoir fui les invasions des Angles et
    des Saxes. On dit qu'alors la région toute entière était recouverte
    de cette forêt noire et profonde
    Abbaye de Paimpont, Bretagne
    où s'ils avaient pu parler, hêtres, chênes, bouleaux, châtaigniers
    et sapins réunis, auraient pu raconter des histoires de méchantes
    fées et de seigneurs malheureux. Aujourd'hui encore, bien que moins
    étendue que jadis, la forêt est toujours aussi dense et les seigneurs
    n’ont pas tous disparus. Ils y chassent, sans craindre d'être
    envoûtés, cerfs, chevreuils et sangliers. C'est un havre de paix
    aussi tranquille que mystérieux ; les sous-bois y frémissent à chaque
    murmure du vent. Tandis que les hautes forêts culminent à deux cents
    mètres et dominent le massif, l’esprit malicieux de la basse forêt
    protège fièrement les plus obscures des légendes, comme celle du Val
    -sans-retour.
    .
    Val-sans-retour, la porte du monde des légendes
    Inquiétant sanctuaire que celui-ci ! En riant comme des farfadets, les
    ruisseaux ont profité de l’imperméabilité du sol pour creuser des val
    lées enfouies dans le brouillard. Les roches y sont rouges ; les eaux
    troubles et profondes. Les sentiers se multiplient pour se
    transformer en labyrinthe, domaine de la Fée Morgane. Cette fée
    sorcière, demi-sœur du Roi Arthur, y entraînait les chevaliers
    volages pour les emprisonner dans une bulle d’air ou les pétrifier...
    « le Rocher des Faux Amants », une de ces plus célèbres
    pétrifications domine ainsi la vallée. Un voyage sans retour pour
    tous ceux qui croisèrent la fée en mal d’amour. Après mille dangers,
    le chevalier Lancelot du Lac, grâce au parfait amour qu’il vouait à
    la Reine Guenièvre, parvint à délivrer les malheureux du maléfice.
    A l’entrée du Val-sans-retour, l’étang du « Miroir au Fées » témoigne
    de l’emprise féerique de la vallée. Au delà du miroir de ses eaux,
    s'ouvre le monde mystérieux des légendes.
    .
    .
    .
    .

    La Fontaine de Barenton
    Creusée dans le sol et profonde de moins d’un mètre, cette petite
    cuvette de deux mètres de diamètre possède la singularité de laisser
    échapper de ses eaux des bulles d’azote. Ce phénomène commun dans les
    marais, lui valut le nom de « Fontaine de l’eau glacée qui bout ».
    Le rocher des faux amants, Brocéliande.

     

     

     

     

     

    D’après la légende arthurienne, c’est dans ce décor inspirant une douce mélancolie que Merlin rencontra la fée Viviane et en tomba éperdument amoureux. Par la suite, l’étrange source qui avait le
    pouvoir de faire éclater l’orage, fut gardée par un fantastique
    chevalier noir. Et selon quelques mythes locaux médiévaux, le gardien
    n’était autre qu’un ogre à tête de taureau, aux oreilles d’éléphant,
    aux yeux de chouette, à bouche de loup et aux dents de sanglier...De
    quoi vous couper le souffle et la soif ! En 1467, la « Charte des
    usements et coutumes de la forêt de Brocéliande » précise que Guy de
    Laval, seigneur de Comper et propriétaire de la fontaine est le seul
    à pouvoir déclencher les orages. Les processions à Barenton pour
    obtenir les faveurs des nuages se sont multipliées jusqu’en 1954 et
    furent, dit-on, à chaque fois récompensées par un ciel assombri
    déversant généreusement des trombes d’eaux.

    .
    .

    L’arbre d’or, entre mythe et réalité, un vrai message d’amour
    A quelle triste légende pourrait bien appartenir ce majestueux
    arbre doré ? S’agit-il d’un maléfice ? D’une quête ? D’un châtaignier
    magique ? L’arbre d’or est en fait le témoignage d’une solidarité
    toute réelle.
    L’arbre d’or, forêt de Brocéliande

    En 1990, le Val-sans-retour a brûlé pendant cinq jours. Après
    l’incendie, des milliers de dons ont afflué du monde entier pour
    sauver le patrimoine mythique du Val. En hommage à cette solidarité
    internationale, en 1991, le sculpteur parisien François Davin crée
    « L’Or de Brocéliande » : un immense châtaigner doré à la feuille
    d’or pur. Il symbolise l’immortalité des rêves des hommes de bien.
    Ses rameaux rappellent les bois des cerfs; cet animal sauvage qui
    guidait les chevaliers dans les forêts enchantées. Entre deux mythes,
    l’arbre d’or nous ramène à la réalité du pouvoir de l’amour de
    l’homme sur Dame Nature.

    .
    .
    .

    La légende arthurienne commence avec Merlin.


    Merlin, comme beaucoup de personnages important aura une naissance
    extraordinaire. En effet , il est l’enfant né d’une humaine et d’un
    démon.

    Merlin

    En fait les démons veulent se venger du bien qui règne toujours sur
    la Terre, alors ils ont eu l’idée de créer un mi-homme mi-démon qui
    serait sous leurs ordres. Mais Merlin héritera de la bonté de sa mère
    et du pouvoir de connaître l’avenir ainsi que tous rituels magiques
    des démons.

     

     


     

     

     

    Il apparaît pour la première fois avec le roi Vortigern, a l’époque roi des bretons. N’étant pas aimé de son peuple Vortigern décide de construire une tour qui s’écroule. Vortigern sera vaincu et c’est son frère uther pendragon qui prendra sa place. Lors d’une grande fête Uther tombe amoureux de la dame du duc Gorlois, Yguerne. Il ne peut s’empêcher de penser à elle alors il fait appel à Merlin pour l’aider à passer une nuit auprès de son aimé. Merlin n’accepte que sous la condition de prendre l’enfant qui pourrait naître de leur union puisqu’il est le fruit d’un adultère

    .
    .
     
     

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :